A la découverte d’Azimo, la start-up qui transfère votre argent en Afrique via Facebook

Publié par

marta-krupinska-co-founder-and-gm-at-azimo

A la base, Azimo, opérateur de transfert d’argent, s’est distingué par son offre consistant à envoyer, via Internet, de l’argent de compte bancaire à compte bancaire, y compris à destination de l’Afrique (ce qui permet bien sûr de faire baisser les prix). Mais ces dernières semaines, la start-up a abondamment communiqué sur d’autres innovations. Nous avons voulu interviewer sa cofondatrice, Marta Krupinska.

Vous annoncez effectuer des transferts dans 190 pays. Qui sont vos principaux partenaires [sur le terrain] en Afrique francophone?

Cela dépend vraiment de chaque pays. Nos méthodes de transferts vont du retrait d’espèces aux versements bancaires en passant par les virements sur portefeuille mobile. Le choix est vaste et toutes les informations peuvent être consultées sur notre site : https://azimo.com/fr/envoyer-de-l-argent-en-afrique.html

 En quoi Azimo parvient-il à se différencier de ses concurrents sur le marché très compétitif des transferts d’argent, y compris des « grands » comme Western Union et Moneygram ?

En observant la manière dont ces entreprises travaillent, on se rend compte qu’elles ont des boutiques à tous les coins de rue. Elles utilisent notamment des agents en charge de gérer leur grand réseau de boutiques. Sur cette chaîne de valeur, chaque intermédiaire prend sa part. Chez Azimo, nous avons supprimé environ la moitié de cette chaîne de valeur en déplaçant le service sur des plates-formes numériques en ligne. Nous n’avons aucun loyer à payer et ne partageons pas de commission avec des agents. Nous sommes en contact direct avec le client, ce qui réduit grandement nos frais. Nous facturons 1-2% en moyenne, là où les acteurs traditionnels peuvent facturer plus de 10%. Ces 90% d’économie font une énorme différence pour nos clients.

Au cours des dernières semaines, vous avez annoncé que votre entreprise a rendu possible le transfert d’argent en Afrique… via Facebook. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Chez Azimo, notre but premier est de permettre à nos clients de transférer de l’argent à tout moment et en tout lieu, plus facilement et à moindre coût. Nous savons qu’une grande partie de nos clients est sur Facebook : c’est incontestablement le réseau le plus populaire chez les utilisateurs pour rester en contact avec leur famille et amis. Nous avons donc mis en place un partenariat avec Facebook pour permettre le transfert d’argent via Facebook Messenger. C’est une première dans le secteur. Cette intégration connecte expéditeurs et destinataires à travers leur liste d’amis Facebook, leur permet d’échanger immédiatement les détails et les relie à l’application Azimo afin d’effectuer le transfert, le tout en quelques clics seulement.

Vous avez également annoncé que les propriétaires d’iPhone pourront effectuer des transferts d’argent internationaux en utilisant leur voix, via « Siri ». N’est-ce pas un peu dangereux pour en termes de sécurité ?

Pas du tout. L’idée de l’intégration de la commande vocale Siri, c’est de donner le choix aux clients sur la façon dont ils veulent utiliser notre service et rendre le processus plus facile et plus rapide. Concrètement, il suffit d’indiquer à Siri le montant que vous voulez envoyer, le nom du destinataire et le paiement sera automatiquement préparé. Vous aurez toujours besoin de vous connecter à votre compte Azimo mais au moment où vous le ferez, le paiement sera déjà prêt, n’attendant que votre autorisation pour être transféré. Au final, non seulement les utilisateurs n’ont plus à rentrer les informations de paiement eux-mêmes (ce qui évite notamment le risque d’erreur dans le renseignement des détails de paiement), mais cela fournit également une couche de sécurité supplémentaire.

Quel est le délai moyen pour recevoir l’argent (depuis la France) ?

Le délai moyen pour un transfert d’agent vers les pays d’Afrique Subsaharienne est de 1 à 2 heures.

Faites-vous des transferts d’argent utilisant l’argent mobile?

Aujourd’hui, 70% de la population Africaine possède un téléphone mobile et les paiements via téléphone mobile sont sûrement le meilleur moyen d’intégrer les citoyens africains sur le réseau financier. Au Kenya, par exemple, Vodafone M-Pesa a été intégré dans la plate-forme Azimo depuis quelques années déjà. Ainsi, 80% de nos opérations au Kenya passent par M-Pesa – cela représente une véritable avancée dans l’inclusion financière, aujourd’hui le transfert d’argent par téléphone mobile représente environ 60% du PIB du Kenya.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s